• Aurore

Gestion des émotions

Les émotions sont une sonnette d'alarme pour nous informer qu'un besoin n'est pas satisfait. Les nier, les réprimer nous expose à des maux du corps (mal au ventre, au dos, gorge serrée, perte d'appétit), à des réactions inappropriées (crise de colère ou de larmes) ou à des angoisses.

Selon la pyramide de Maslow, nous avons tous des besoins physiologiques (manger, dormir, se reposer, etc.), des besoins de sûreté et de sécurité (être à l'abri, évoluer dans un environnement protecteur, etc.), des besoins d'amour et d'appartenance (se sentir inclus dans un groupe, se sentir aimé ou accueilli pour ce que l'on est, etc.), des besoins de reconnaissance (être estimé, se sentir compétent, etc.) et des besoins d'actualisation (se réaliser, trouver sa voie propre, etc.).


Quand un de ces besoins n'est pas satisfait, nos émotions se manifestent de façon physique, émotionnelle et en pensées. On peut avoir peur, honte... être triste, joyeux ou en colère... Chacun a ses propres signaux qui permettent de reconnaitre l'émotion ressentie.


Une fois l'émotion identifiée, nommée, il faut chercher l'événement déclencheur. Cette recherche peut s'effectuer en plusieurs temps pour mettre le doigt sur une similitude, un point commun à toutes les situations où vous avez ressenti cette émotion. L'événement déclencheur mettra alors en exergue un besoin non satisfait. A vous de voir comment y remédier.


Exemple : Jean a eu un "Assez bien" sur un devoir pour lequel il a travaillé dur tout le week-end. Quand il reçoit sa note, les larmes lui montent aux yeux, ses poings se serrent, ses joues deviennent rouges. Il se dit "C'est pas juste", "Je suis vraiment nul"... Alors il pleure, jette son devoir, tape son bureau.

L'événement déclencheur montre un sentiment d'injustice : le temps passé à travailler dur n'a pas été récompensé ; un sentiment de dévalorisation : il a beau travaillé dur, il n'arrive pas avoir une bonne note...

Jean a BESOIN d'être rassuré sur sa valeur et sur l'effort fourni.

Il faut amener Jean à exprimer sa colère comme il le ressent : cris, pleurs, coups donnés dans le vide ou dans un coussin... Une fois son émotion "sortie", il faut répondre à son besoin : le rassurer et trouver pour quelles raisons travailler dur n'a pas porté ses fruits : peut-être à cause de la méthodologie choisie, etc.


Il serait contre productif de "punir" Jean pour la colère qu'il ressent. La colère est naturelle, rien ne sert de culpabiliser l'enfant pour quelque chose qu'il ne maîtrise pas et qui est nécessaire à son bien-être. Par contre, il faut lui donner les moyens de reconnaitre les signaux avant d'"exploser" et lui donner des trucs et astuces pour exprimer son besoin. C'est ce que je vous propose lors de mes ateliers pour enfants de façon générale. Des séances individuelles pourront cibler au mieux les besoins de votre enfant et les solutions seront plus adaptées.


N'hésitez pas à me contacter.

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout